Pour certains, dont je fais partie, fixer des objectifs est motivant.

Ainsi, après trois années où l'organisation de l'Offroad Granitic Morvan avait été plutôt chronophage, et où vélo rimait plus avec boulot qu'avec autrechose, l'année 2016 laissait entrevoir une éclairicie qui devait permettre d'en profiter un peu, sur le vélo cette fois.

Avec les bonnes résolutions de la Nouvelle Année, je fixe l'objectif à 3000 kilomètres à parcourir à la force des mollets d'ici fin décembre 2016, ce qui permet en théorie d'atteindre depuis le Morvan le Village du Père Noël à la limite du cercle polaire !

Et aujourd'hui, après une dernière séance avec l'école de VTT ce matin et une sortie cette après-midi avec Arnaud, Chargé de Développement à la Communauté de Communes des Grands Lacs du Morvan, l'objectif est atteint. Après notre sortie, on a partagé autour d'un chocolat chaud nos souvenirs cyclistes de l'année écoulée, que je m'en vais partager également ici. Retour donc en quelques mots et en images sur les meilleurs moments...

Parmi ceux-ci, il y a forcément le week-end de l'Ascension (la bien nommée), où j'ai profité d'un des rares week-ends à rallonge de l'année pour filer dans les Alpes, du côté d'Annecy.

La météo était au beau fixe et les dernières neiges tardaient à disparaître. Cétait l'occasion rêvée (et préméditée !) d'ajouter quelques ascensions et cols à mon tableau de chasse.

Pour commencer, c'est le Col de l'Arpettaz (1581 m), injustement méconnu, qui ouvrira le bal. La montée est très tranquille en fin d'après midi, et les routes du sommet sont splendides, malgré un état un peu limite ! Sans parler en bonus d'un des premiers points de vue du week-end sur la chaîne du Mont Blanc qui se dévoile au sommet....

201605 arpettaz

Le surlendemain, c'est la montée du Semnoz (officiellement nommé Crêt de Chatillon - 1699 m) qui est au menu, pour une sortie d'environ 90 km, réel objectif du week-end ! Après un départ par la voie verte reliant Annecy à Albertville pour se mettre en jambes (un régal pour les sorties en famille), c'est le Col de Leschaux (897 m) qui donnait le ton de la journée. De ses pentes modérées plutôt agréables à gravir sous un soleil quasi estival, on peut apercevoir les pentes plus raides de l'ascension du Semnoz, de grandes lignes droites exposées en plein cagnard malgré la saison. Mais la récompense au sommet est grandiose, puisqu'on peut profiter d'un panorama exceptionnel sur les massifs des Alpes au noms évocateurs : les Aravis, les Bauges, les Ecrins, le massif du Mont Blanc.

20160507 semnoz

Si on ajoute quelques randonnées pédestres en altitude dans le week-end, la reprise du boulot aura été difficile le lundi !

Bien sûr, il y aura eu aussi l'Enduro du Beaufortain, qui risque de devenir un incontournable des sorties club de l'année, tant on s'y plaît ! Le résumé est par ici !

En juillet, c'était, enfin, le moment des vacances estivales. "Enfin", car on avait coché quelques dates dans le calendrier depuis novembre 2015 et l'annonce officielle du parcours du Tour de France 2016.

Au menu, 3 étapes sur un secteur qu'on affectionne particulièrement, entre Annecy, Combloux et Saint Gervais. L'occasion est trop belle pour ne pas caler des vacances à rallonge. Quelques jours à proximité d'Annecy, où on a la chance d'avoir de la famille, avant de filer aux Contamines, pour un repos bien mérité.

Et par gourmandise, on part un jour plus tôt, histoire de se caler la petite sortie route qui va bien, dont la boucle me trotte dans la tête depuis longtemps.

Depuis la vallée (un peu plus de 400 m d'altitude), direction La Clusaz en passant par le Col des Essérieux (763 m), qui a la particularité de passer complètement inaperçu quand on y est, puis le col du Marais (833 m) qui mène vers Thônes. Ensuite, direction La Clusaz par une route archi-fréquentée (bof-bof !) jusqu'à Saint Jean de Sixt et son Col (956 m) puis La Clusaz. Le retour se fera par le Col de la Croix Fry (1467 m), précédé par un petit crochet par le Col de Merdassier, en cul de sac (1500 m), pour la forme. Nouveau passage par le Col du Marais, puis final par le col de l'Epine (947 m). Bilan de la journée : 94 kilomètres pour 2000 mètres de dénivelé, les premiers coups de soleil, et assurément ma plus grosse sortie dans les Alpes à ce jour !

Après cela, place aux pros !

On enchaînera trois jours sur les routes du Tour pour, bizarerie de l'édition 2016, 4 passages du peloton !

La première journée nécessitera un déplacement savamment orchestré pour se rendre sur place, puisque de nombreuses routes (notamment les gorges de l'Arly) sont fermées. On arrive assez tôt pour trouver une place sympa dans la Côte de Domancy et ses passages à 17 %, où Bernard Hinault avait écrasé les championnats du monde en 1980.

201607 domancy

L'ambiance est bon enfant mais chaude, nos voisins étangers carburant au rosé sous un soleil de plomb. Délire total notamment au passage des coureurs français du haut du classement, dont Romain Bardet, porté par la foule.

Le lendemain, seconde étape savoyarde, "à domicile", où on profitera de deux passages du peloton avant puis après le Col de la Forclaz.

Troisième et dernier jour déjà, on opte pour un placement stratégique dans le Col de la Colombière, où les camping-cars ont pris place bien avant nous. L'ascension depuis le Grand Bornand et le panorama sont splendides (et du coup objectif col 2017 !). Etape de folie remportée par Romain Bardet après un numéro hallucinant dans la montée du Bettex dans des conditions dantesques dont on profitera également à la redescente du col. Comme on se rendra à proximité du Bettex dès le lendemain, ça donne des idées !

201607 colombiere

On plie bagage, direction désormais les Contamines, petite station fort sympathique, idéale pour les familles avec une foule d'activités à disposition, qu'on connaît déjà dans sa version hivernale pour le ski de fond.

Le vélo de route ne devait pas venir jusque là à l'origine, mais il sera finalement également du voyage. Partir à quatre avec cinq vélos, ça demande de l'organisation.

On profitera durant 15 jours des sentiers à pied (dont la montée jusqu'au Mont Truc à 1811 m, ça ne s'invente pas !) et à VTT en famille, mais je profiterai aussi de quelques évasions très matinales pour aller rouler tout seul.

La première, j'en ai envie depuis la victoire de Romain Bardet, c'est la fin de son étape victorieuse. Direction Megève (et son Seuil - 1107 m) et demi-tour Direction Combloux, puis la Côte de Domancy, en descente, où Bardet avait fugué. C'est sec, mais quand on pense à la météo sur l'étape du Tour, ça fait peur. Puis j'attaque la montée du Bettex. Là, ça calme tout de suite ! Les pourcentages sont impressionnants dès les premiers kilomètres, ça va être long ! Sur la route, les marquages au sol rappellent l'ambiance de folie qui y règnait quelques jours plus tôt. Pour moi, c'est très calme à cette heure matinale !

Au sommet, une fois encore, la météo est somptueuse, le Mont Blanc s'offre sans aucune pudeur.

Ca, s'est fait. Maintenant, place au VTT. L'idée, en préparant les vacances, c'est de faire le Col du Joly (1989 m). Je l'avais en ligne de mire depuis l'enduro du Beaufortain, puisqu'il relie Beaufort aux Contamines. Sa particularité ? Il sépare la Savoie de la Haute Savoie, et il n'est bitumé que du côté Beaufort. Depuis les Contamines, c'est donc à VTT qu'il faut l'attaquer !

201608 montjoly

J'ai tellement aimé son ascension, sous une température pourtant caniculaire, mais aussi et surtout le point de vue offert au sommet, que je réitérerai l'expérience une seconde fois quelques jours plus tard, à la fraîche cette fois-ci. J'ajouterai à cette occasion quelques kilomètres pour redescendre via des singles parfois très engagés qui me mèneront sur le circuit du Tour du Mont Blanc, où je finiriai pas slalomer à la descente entre des dizaines de randonneurs montant depuis les Contamines.

Enfin bien sûr, il était difficile d'aller à la montagne sans se laisser tenter par les quelques pistes de descente des environs.

201608 bettex

Avec Clément, nous jetterons notre dévolu sur la piste des Clarines, très ludique et agrémentée de modules en bois (la vidéo de Clément), puis, avant de terminer à regret le séjour, par une journée sur la piste du Bettex (la vidéo de Clément), en famille cette fois, très bien conçue, où mêmes les filles se sont éclatées.

A toutes ces sorties s'ajouteront au gré des semaines celles seul, celles avec Vélo Morvan Nature, celles avec les petits de l'école de VTT. Souvent dans le Morvan, qui mérite aussi qu'on y pose ses roues, y compris dans les semaines qui viennent, c'est à dire jusqu'au 31 décembre, où viendra le moment de penser au programme 2017...

3000 km c'est bien. Un peu plus, pourquoi pas !

201607 panorama montblanc