OpenStreetMap : Cartographions le monde rue après rue...

Quand on fait du VTT et qu'on veut sortir des sentiers balisés, on a besoin d'une carte.

La classique, que dis-je, l'indispensable, c'est la Top 25 de l'IGN. On y retrouve les chemins, les forêts, les clôtures, les courbes de niveaux, et foule d'autres détails si on sait les lire (calvaires, rochers, etc.).

Mais si vous sillonnez les forêts morvandelles régulièrement, vous vous apercevrez vite que le terrain change rapidement, par exemple au gré des exploitations forestières : le petit sentier que vous adoriez peut rapidement laisser la place à une large piste forestière. Vous ne me croyez pas ? La preuve en images, seulement une semaine sépare ces deux photos !

breuil avant breuil apres

Autre inconvénient, les cartes, c'est cher !

Mais désormais, les nouvelles technologies sont passées par là, et il est désormais possible de trouver sur Internet des cartes gratuites ! Dans ce cadre, l'outil le plus connu est Open Street Map. C'est celui que nous utilisons par exemple sur morvanvtt.fr.

Et là, j'entends les plus critiques dire : "Oui, mais vers chez moi, sur Open Street Map, il n'y a rien ! Pas une chemin, pas un sentier !"

Et bien, collaborez !

Car si Open Street Map est gratuit, c'est que la cartographie est conçue par des experts, ceux qui connaissent le mieux le terrain, c'est à dire... vous ! Chacun peut y apporter sa contribution. Et ce n'est pas si compliqué, voici ma technique :

Vérifions les pré-requis !

Il faut :

- Un gps ou un smartphone

- un PC

- un accès Internet

- la foi

- un  minimum de sens de l'orientation

- un peu de cervelle (à défaut, c'est les jambes qui trinqueront si vous ne vous rappelez pas où vous êtes déjà passé !)

Pour commencer, il est nécessaire de faire un état des lieux d'un secteur qui vous intéresse et vous motive. Pas de panique, le plus gros du travail est déjà fait. Vous devriez retrouver sur votre carte les grands axes (autoroutes, routes nationales, départementales, etc.), mais aussi les rivières et les parcelles (forêts, culture, etc.). C'est déjà bien utile pour se repérer.

Il faut ensuite installer sur son PC un petit utilitaire gratuit en javascript, qui s'appelle JOSM. Il y a des tutoriels très bien écrit sur le web, parfait pour se lancer avec cet outil.

capture josm

L'idée, c'est de tracer seulement des points ou des traits, qui seront ensuite complétés par des "attributs". Par exemple, pour ajouter un chemin, vous tracez un trait, complété par l'attribut "highway", qui peut prendre plusieurs valeurs : par exemple "residential" pour une petite route, "track" pour un chemin pratiquable en véhicule, "path" pour un sentier monotrace.

Pour dessiner une maison ? on trace un rectangle, avec comme attribut "building=yes". Un étang ? "natural=water". Pas si compliqué finalement, sauf qu'il y a un paquet d'attributs et de valeurs si vous voulez rentrer dans le détail, puisque ceux-ci peuvent se cumuler !

Sur cette base, j''ai commencé par travailler sur le cadastre. J'ai tracé l'intégralité des maisons de la commune de La Roche en Brenil, placé les chemins ruraux, etc. Ce qui permet déjà de former le centre-bourg et les hameaux, puis d'affiner le maillage. A cette étape, c'est le côté perfectionniste qui a pris le dessus et prend beaucoup de temps : il faut reconnaitre que c'est plutôt ennuyeux à la longue...

Quand on a tracé ce qu'on veut, on envoie sur les serveurs OSM et quelques jours après, le Monde découvre, ébahi, le travail que vous avez fourni, tout seul derrière votre petit ordinateur !

Jusque-là, l'intérêt est moindre pour les vététistes. Nous, ce qu'on veut, c'est du petit chemin ! Et c'est à ce moment que ça devient (un peu) plus fun !

Je commence par délimiter le secteur sur lequel je vais travailler : une parcelle bordée par des routes ou les chemins ruraux, que je suis susceptible de couvrir en une seule sortie VTT. Ne visez pas trop haut : le relevé intégral de tous les chemins d'un secteur nécessite parfois de nombreux allers et retours, et il n'est pas rare de faire une vingtaine de kilomètres sur un carré de 4 km de côté. Sur l'image suivante, le résultat de 5 sorties de relevés, sur le nord de la commune de La Roche. Car oui, la règle, c'est qu'on ne recopie surtout pas les cartes existantes, on les créé à partir de notre propre matière !

capture gps

Pour éviter de faire deux fois le même chemin, j'utilise mon smartphone, et plus particulièrement l'appli My Trails, où je peux superposer mes différents relevés sur le fond OSM. Cela permet de gagner en efficacité.

De retour à la maison, on ouvre JOSM, on superpose le relevé et on trace les chemins. On envoie le tout sur les serveurs, et en quelques jours, on passe de ça :

capture map avant

A ça :

capture map apres